Noémie, une amoureuse de la Chine

Noemie   Les raisons de ton départ ? Je suis partie en Asie pour mes études sans prendre de date de retour. Deux semaines avant la fin de la fac, j’ai décidé de partir faire le tour de la Chine pendant trois mois. La Chine c'est 14 fois la France alors pourquoi vouloir absolument aller en Thaïlande, au Cambodge […]

Noemie

 

Les raisons de ton départ ? Je suis partie en Asie pour mes études sans prendre de date de retour. Deux semaines avant la fin de la fac, j’ai décidé de partir faire le tour de la Chine pendant trois mois. La Chine c'est 14 fois la France alors pourquoi vouloir absolument aller en Thaïlande, au Cambodge etc quand on a énormément de choses à visiter dans le pays où on est! En peu de temps, avec deux amies, on a pris un train de 24 heures direction le Sud de la Chine pour aller le plus loin possible. 

Quand ? En 2011 pendant 3 mois.

A quel niveau de risque te places-tu (1: Complètement irresponsable, je n'ai peur de rien; 2: Très souvent irresponsable;  3: Je suis une aventurière responsable 4:Je me méfie énormément; 5: J'ai peur de tout) ?  Difficile de s’auto juger mais disons 2. J'ai un souvenir qui me revient, je suis partie à Songpan faire un trek de trois jours à cheval à la frontière du Tibet, au pied de l’Himalaya, guidé par deux hommes qui parlaient un dialecte inconnu, on dormait dans des tentes au milieu de nulle part et là on a flippé. 

Tu aimes : Parler avec un accent juif.

Tu n’aimes pas : Me tâcher et la fin du mois de février.

Ton livre préféré : Brothers de Yu Hua (auteur chinois réputé). J’adore son style. Parfait pour avoir une vision globale de la Chine. Ce livre parle en réalité du destin étonnamment  différent de deux chinois qui viennent du même village.

Tu préfères avoir une jambe de mousse ou des dents en bois ? Des dents en bois parce qu'avec la pluie, la mousse s’engorge! Pour peu que l'éponge dessèche...

 

Quand tu es parti c’était à quel moment de ta vie professionnelle ? J'avais du temps avant de rentrer en dernière année de bachelor donc je suis partie à ce moment là. J'ai ensuite intégré une école de commerce. 

Tu es partie seule ? Avec deux amies au départ pour terminer seule le dernier mois (même si on ne l'est jamais vraiment!).

Avais-tu le budget pour partir ? J’étais déjà sur place donc faire le tour de la Chine ne m’est pas revenu très cher. Je payais deux euros pour dormir (10 euros max), j’ai pris pas mal de bus (notamment vers le Tibet), je mangeais la nourriture locale (à condition que tout soit bien cuit) et je vivais vraiment comme une aventurière !

En combien de temps tu t’es décidée à partir ? 1 semaine.

Décris-moi le contenu de ton sac à dos ? J'ai trouvé mon sac dans un souk chinois à Shanghai et j'avais quasiment que des culottes et chaussettes, un jogging et des leggings (pas transparent mais bien épais au contraire), des crocs et une paire de basket. Si on sait que l'on va dormir dans une auberge de jeunesse, il faut absolument un sac à viande et une paire de tong (surtout pour aller prendre sa douche!).

Poids de ton sac à dos ? Aucun souvenir. Sachant qu'on pouvait (et c'est toujours le cas) laisser son sac à l'auberge de jeunesse, je prenais un petit sac la journée et ne portais presque jamais mon sac.

Choc culturel pour une française en Chine ? Difficile comme question. Je pars du principe que rien ne doit me choquer dans le pays où je suis. Je sais que le pays visité à une culture différente. Les chinois crachent par terre, oui, mais c’est leur façon de faire. Mais si je dois vraiment parler d'un choc, je dirais les regards curieux dès qu'on s'éloigne des villes touristiques ou quand on est dans un train.

Combien de fois lavais-tu tes affaires ? 1 fois par semaine. Uniquement dans les grandes villes j'essayais de faire une petite machine et encore...

Ton cadeau souvenir « de toi à toi » : Des chapeaux (un sombrero du Mexique, des chapeaux pointus de Chine, un chapeau de cowboy des Etats-Unis, un chapeau mongole de Mongolie, une chapka en fourrure de Moscou).

 

 

Ta plus grosse arnaque : Il y en a tellement. Une chose est sûre, parler la langue me permettait de négocier et réduire légèrement les arnaques!

Quel est le plaisir qui te manquait le plus ? Prendre un bain. Mais pouvoir se faire masser pour pas cher comblait ce manque.

La pire nuit ? Dans le premier train à couchettes de 24 heures direction le Sud de la Chine. J’avais la gueule de bois, j'étais entourée de chinois et il n'y avait qu'un seul ventilateur disposé naturellement à côté de ma tête, qui faisait des étincelles!  Inimaginable de l'arrêter à cause de la chaleur mais alors quelle nuit... Information utile: dans un train couchette il fait chaud, extrêmement chaud et il faut dormir avec son sac sous sa tête et non sous ses jambes.

Qu’est-ce qui t’a surpris ? Certains plats. On s’attend à manger des insectes donc on ne s'en soucie plus vraiment mais un jour on m’a servi une assiette de petits oiseaux frits avec pattes et becs visibles. Très bon mais ... surprenant!

Qu'est-ce qui t'a le plus choqué ? Les sex shop. Ils ont des préservatifs avec des poils…et des extensions de pénis.

Quel était l'animal le plus marquant ? Le yack. Vivant ou mort le yack était partout. A la montage on dormait avec des couvertures en poil de yacks (odeur mémorable) et on partageait des moments intimes de la vie quotidienne ensemble ...

Un dernier mot ? En Chine il y a tous les paysages.

 

Un mot : kiff

Une rencontre : Pendant un trek, à 3 heures de Guilin, on voulait découvrir les rizières avec des amis mais on s’est complètement perdus. Sur notre trajet on a rencontré une femme qui nous a fait visiter son village. Le message est que les chinois ruraux sont des gens très chaleureux, surtout si on parle leurs langues car ils savent que c’est complexe!

Autrement en Chine, les gens adorent danser dehors et j'ai eu la chance de danser avec une vieille dame un soir.

Une angoisse : On descendait du mont Emeishan en mini bus, aucune visibilité à deux mètres. On roulait à plus de 130 k/h dans les tournants sans savoir si une voiture arrivait de l’autre côté. J’ai vraiment cru que j’allais mourir.

Un souvenir inoubliable : A quelques kilomètres de la ville de Yangshuo, il existe un petit paradis sur terre avec des petits massifs et des rivières dans lesquels on peut se baigner! Possibilité de faire des activités de tout genre (escalade, spéléologie, etc).

L'incontournable : Les pandas à Chengdu

Un lieu que tu recommandes : Au pied de l’Himalaya il y a un parc naturel, Jiuzhaigou dans le Sichuan, avec des lacs sublimes à perte de vue. Zéro touriste garanti.

La magie du voyage ? On perd la notion des distances. Qui irait faire plus de 10 heures de bus pour traverser la France? Quand on voyage, tout est possible.

Les implications sur ta vie : J'étais fière de ne pas avoir fait comme tout le monde, c'est-à-dire l’Asie du Sud Est. J'ai l'impression d'être beaucoup moins douillette et j'ai pris goût à l’aventure. Depuis mon retour en France je n'ai pas hésité à repartir en voyage même pour quelques jours. Prochaine destination: la Mongolie avec mon copain. Je ne me pose plus autant de questions, je prends mes billets et puis on verra bien!

La première chose que tu as faire ne rentrant en France ? J’ai mangé une baguette tartinée de fromage + un cornichon.

 

Heures max. dans un bus ? 12

Dans un train ? 24

Dans un bateau ? Radeau ça compte ?

Jours max. sans douche : L’eau de pluie ça compte? Sinon je dirais 3 jours.

Nombre d'affaires perdues : Tellement (des affaires principalement et une fois un sac… que j’ai retrouvé).

Nombre de piqures : 1 d'araignée et puis avec l'humidité les moustiques sont partout!

Nombre de kilos perdus : J’ai vite maigri parce que j’ai bougé. 

 

 

 

 

Laisser un commentaire